mercredi 17 décembre 2014

LA FAMILLE CHAUPE GAGNE SON APPEL CONTRE YANACOCHA


LECTURE DE LA SENTENCE
 
 
SORTIE DU TRIBUNAL DE CAJAMARCA, INTERVENTIONS DE MIRTHA VASQUEZ, MAXIMA ET YSIDORA, MALGRE LA PLUIE TOUT LE MONDE LAISSE ECLATER SA JOIE.
 
 
 
 
 
 
REACTION DES AVOCATS DE YANACOCHA QUI DEPOSE UN RECOURS EN CASSATION
 
 

ALTERNATIBA COP20 – EN ECHO DU SOMMET DES PEUPLES DE LIMA


En écho du sommet des peuples (Cumbre de los pueblos) de Lima, cette cumbre de los pueblos de Lima à permis à de nombreux peuples autochtones du Pérou, mais aussi de l’ensemble des Amériques de s’exprimer et d’exposer leurs craintes, les menaces dont ils sont l’objet dans l’orientation actuelle du modèle économique latino américain. Ce forum des peuples, c’est terminé par une grande marche à Lima le 10 décembre 2014, voir le lien.
Ainsi que par une déclaration de synthèse le 11 décembre :   Déclaration du sommet des peuples 
De son côte donc Paris organisait un sommet alternatif, Alternatiba COP20 - Alternatiba COP20, le 10 décembre s’est organisé une concentration place de la République à Paris, en syntonie avec la grande marche de Lima.

Les peuples autochtones d'Amérique latine sont poussés vers l'extinction par le pouvoir économique et financier, sans pitié celui-ci restreint leur droit afin de pouvoir confisquer leur terre pour l'extraction minière, l'extraction pétrolière et l'agro-business, la terrible prophétie raciste de José Manuel Pando, président de la Bolivie de1899 à 1904 : "Les Indiens sont des êtres inférieurs et leur élimination n'est pas un crime, mais une« sélection naturelle », tâche difficile et répugnante, mais qui est imposée pour les besoins de l'industrie. ", cette idée semble au cœur de la pensée du pouvoir économique et financier et ce depuis maintenant des dizaines d'années, pour aboutir à des réformes constitutionnelles comme la PEC215 au Brésil, afin de parachever le génocide dans ce pays.

PHOTOS DE LA CONCENTATION DU 10/12 - PLACE DE LA REPUBLIQUE

 






 


lundi 15 décembre 2014

!CONGA NO VA! PRESENT A LA COP20 OFFICIELLE A LIMA - ¡CONGA NO VA! EN LA CLAUSURA DE LA COP20 EN LIMA


Un groupe de jeunes militants manifeste contre l'extractivisme et en particulier contre le projet Conga durant la réunion finale de la COP20 à Lima.


Gracias compañeros ! gracias a estos jóvenes !

vendredi 12 décembre 2014

SOMMET DES PEUPLES - CUMBRE DE LOS PUEBLOS

En marge de la très officielle COP20 de Lima, ou seul le pouvoir politique et économique est représenté, les peuples ont décidé d'organiser leur propre sommet : LA CUMBRE DE LOS PUEBLOS du 8 au 11 décembre. En écho le mouvement Alternatiba a organisé en France Aternatiba COP20 entre le 1° et le 11 décembre avec tout une série de d'animation et de débats.

SESSION INAUGURALE DE LA CUMBRE DE LOS PUEBLOS
 
 
 
ARRIVEE DES GARDIENS DES LACS A LA CUMBRE
 
 
DIVERSITE ET PRESENCE INTERNATIONALE
 
 
 
GRANDE MARCHE DU 10 DECEMBRE
 
 
PHOTOS DE LA MARCHE DU 10 DECEMBRE
 



























 

mardi 9 décembre 2014

ALTERNATIBA COP20 EN ECHO DU SOMMET DES PEUPLES (LA CUMBRE DE LOS PUEBLOS) A LIMA




 En parallèle  avec le Sommet des Peuples à Lima (initiative alternative à la COP20 officielle organisée par le gouvernement péruvien), Alternatiba IdF en partenariat avec des associations,   a proposé à Paris et dans la banlieue proche,  une série d'activités liées aux enjeux environnementaux de l'Amérique Latine, Alternatiba COP20.

Ainsi, du 5 au 7 décembre, à la Maison des Initiatives et de la Citoyenneté de l'Ile-St-Denis,  des conférences, débats, expositions, activités culturelles ,  projection de films et  documentaires  ont été réalisés sur les thèmes  principaux de l'extractivisme, de l'agriculture, des alternatives et du « buen vivir ».

Lors de l'inauguration, après la diffusion d'un message de Vandana Shiva spécialement adressé aux participants de l'évènement et la  cérémonie ancestrale  de remerciement à la Pacha Mama dédiée aux  43 étudiants disparus de Ayotzinapa ,  une visio conférence avec Lima a permis au parrain de l'évènement, Idelso Hernandez, Président de la CUNARC-C  d'échanger avec  la réalisatrice    Marie Monique Robin.

La lutte des gardiens des lacs et de la population de Cajamarca   contre le projet CONGA était   particulièrement présente au cours de cet événement.  Le samedi 6 décembre, à travers   la projection du documentaire « A tajo Abierto » de Gianni Converso,  suivie de  l'intervention  de notre camarade Gerald  Lebrun sur le thème de l'extractivisme ; le dimanche 7 ,   à travers la participation à une table ronde sur les Alternatives, de Françoise Chambeu, sur le thème des rondes paysannes.  Répondant à l'invitation du Collectif des Péruviens en France, elle était chargée d'expliquer au public français le rôle dans la lutte et les formes d'organisation des rondes paysannes à Cajamarca comme introduction à l'atelier sur la solidarité avec les gardiens des lacs animé  par Vicente Romero.

Mercredi 10 décembre à 17h Place de la République ,

DEBOUT LA TERRE !  NON AU PROJET CONGA ! 

 

mercredi 29 octobre 2014

COMMUNIQUE DU SOMMET DES PEUPLES – CELENDIN, REGION DE CAJAMARCA

Changeons de système et défendons nos territoires, la vie et la « Terre Mère », en construisant le « bien vivre »

 
 
Celendin, le 25 octobre 2014
 
Nous nous sommes réunis du 23 au 25 octobre, leaders sociaux, hommes et femmes, rondes paysannes et urbaines, fronts de défense environnementaux, représentants des peuples indigènes, organisations paysannes, activistes et autorités de tout le pays à Celendin pour analyser les impacts du capitalisme extractiviste et du changement climatique sur nos territoires, tout en renforçant nos luttes et nos propositions face a cela.
 
Nous considérons que le changement climatique est la manifestation la plus visible de la violence et des énormes dommages générés par le modèle capitaliste extractiviste et patriarcal qui a pillé la Terre Mère, violant de manière systématique nos droits individuels et collectifs, générant inégalités sociales et discriminations énormes, mettant en danger le futur de l’humanité et aggravant les risques sanitaires. Par conséquent, l’unique réponse viable au changement climatique est le changement profond de ce système.
 
Au Pérou, trahissant ses promesses, le gouvernement d’Ollanta Humala accentue les politiques de dépouilles de nos territoires, en promouvant l’exploitation sans limite de nos biens communs ou ressources naturelles et accentue la criminalisation de la protestation et sa répression. Les dernières réformes proposées au sein du « paquet anti-environnemental » du ministre Castilla démantèlent le peu de régulation environnementale et de protection des territoires qui avait réussi à être mise en place dans le pays.
 
Face à cela, nous proposons :
 
L’urgente nécessité de renforcer et impulser le « bien vivre » pour nos peuples au Pérou à travers le renforcement de la production durable, des économies locales, de l’associativité et la protection des biens communs comme alternative à l’extractivisme afin de faire face au changement climatique et de construire une société réellement juste et démocratique. Pour cela, il est nécessaire de continuer à défendre la Terre Mère et nos territoires, notre droit à la santé, pour que ce soit nous, les peuples, qui décidions de notre destin et pour que nous puissions récupérer l’harmonie entre l’économie, la société et la nature. Ainsi, nous maintenons notre rejet définitif aux projets extractifs et aux mégas barrages hydroélectriques qui s’étendent de manière chaotique et violente sur nos territoires.
 
Il est indispensable de penser une refondation de notre système politique et de ses lois, qui en ce moment renforcent ce modèle économique. L’une des manifestations les plus dures et difficiles de ce modèle est la criminalisation des protestations et leur répression par les forces étatiques, qui, mises au service des entreprises, ont couté la vie de dizaines de personnes et ont permis les procès de centaines de dirigeants sociaux ainsi que l’emprisonnement et la persécution de nombre d’entre eux, comme cela est le cas pour nos frères Awajun et Wampis qui défendent l’Amazonie et pour les peuples qui défendent l’eau. Il est temps de récupérer notre démocratie afin que nos droits soient respectés en tant que peuples et citoyens.
 
Si nous reconnaissons les avancées de nos luttes, en termes depropositions, décisions collectives et dans des territoires comme Cajamarca en construisant des représentations politiques légitimes, nous reconnaissons également qu’il reste beaucoup à faire pour renforcer nos organisations au niveau local, régional et national. Dans ce but, nous croyons important d’avancer dans les stratégies d’articulation entre nos luttes, pour que nos résistances locales et l’autodétermination dans nos territoires puissent joindre leurs forces afin de transformer le pays.
Pour cela, nous convenons de :
 
NOS ACCORDS
 
1) Nous ratifions les accords de la Première Rencontre Internationale des Gardiens et Gardiennes des Lacs, réalisé à El Tambo (Bambamarca – Hualgayoc) le 4, 5 et 6 Août et nous nous compromettons à leur accomplissement.

2) Nous ratifions notre compromis pour la défense de la vie, de nos territoires et de la Terre Mère, pour la construction du « bien vivre » pour les peuples et un modèle de développement propre, juste et durable. En conséquence, nous ratifions notre décision de ne pas permettre la réalisation de projets extractifs (mines, hydrocarbures, méga barrages et autres) qui attentent à notre sécurité sanitaire, environnementale et à la sécurité alimentaire.

3) Nous réaffirmons notre identité et droits en tant que peuples originaires, communautés paysannes, rondes paysannes et urbaines, et peuples quechuas, aymaras et amazoniens, avec le droit à l’autonomie et à une juridiction propre et le droit à déterminer notre forme de vie à travers le droit coutumier et le « bien vivre » (Tajimat / tarimat pujut ; sumaq kausay, sumaq qamaña).

4) Nous nous solidarisons et appuyons la lutte du peuple de Cajamarca contre l’activité minière et, de même, avec les 52 inculpés du Baguazo.

5) Nous appelons à l’organisation et à la participation de la Grande Marche Nationale des Peuples pour la Justice Environnementale et Climatique et la Protection et Libération des Défenseurs et Défenseuses de la Terre Mère, jusqu’à Lima, afin de participer au Sommet des Peuples face au Changement Climatique et exiger le changement de système pour la justice climatique, écologique et sociale. Nous partirons le 7 décembre des lacs de Conga pour arriver le 10 décembre à Lima, en invitant en chemin à tous les peuples à se joindre à nous.

6)  Nous appelons à toutes les régions du pays à participer à cette grande marche unitaire, ample et revendicative, partant de sa région pour se rencontrer à Lima. Nous invitons également aux citoyens et citoyennes à participer activement à la Grande Marche Nationale des Peuples.

7) Nous convoquons à la construction d’un réseau ou coordination des luttes sociales face à l’extractivisme dans le pays, qui permettra l’articulation des mouvements, des peuples andins, amazoniens et de la côte pacifique. Pour cela, nous conformons une commission organisatrice qui impulsera un processus de construction de cet espace de caractère horizontal, pluriel et démocratique.

8)  Nous convoquons les nouvelles autorités locales, provinciales et régionales proches des mouvements sociaux à gouverner depuis et avec le peuple. Cela implique la construction de mécanismes de participation, consultation, responsabilisation et définitions de stratégies partagées entre les autorités et les organisations sociales pour le bon gouvernement et la construction de mécanismes de contrôle pour éviter la corruption.

9) Nous nous compromettons à la promotion et au renforcement de l’associativité de producteurs et productrices, sur la base d’une économie juste et solidaire, alternatives aux activités extractives, qui soit formalisée et adéquat à l’aménagement du territoire, pour la diversification productive et la promotion de l’agriculture familiale et communautaire, l’agroforesterie, et d’autres activités productives avec un maniement écologique et en harmonie à la Terre Mère.

10) Nous reconnaissons la participation fondamentale des femmes dans les organisations sociales et dans la construction des modes de vie que nous voulons, ainsi qu’en réponse aux grands impacts du capitalisme extractiviste, raciste, patriarcal et sexiste sur nos vies. Pour cela, nous considérons fondamental de promouvoir la participation et le leadership des femmes dans des conditions de parité dans tous les espaces politiques, reconnaissant leurs apports dans l’économie, la politique, la culture, la protection de la vie et la souveraineté alimentaire.

11) Finalement, nous proposons de reconnaître et de protéger les droits des femmes à vivre sans les violences causées par les conflits sociaux-environnementaux et l’expansion du modèle de développement extractiviste comme la traite, le harcèlement sexuel, la violence sexuelle, l’exploitation au travail, la contamination, la criminalisation de la protestation, l’assassinat de femme, entre autres.

12) Nous revendiquons et commémorons nos blessés et martyrs qui ont lutté pour la défense de l’eau, de la vie et du territoire.

13) Solidarité avec les luttes des peuples du monde en défense de la Terre Mère, du territoire, de l’eau et de la vie.
 
NOS DEMANDES A L’ETAT
 
14) Nous exigeons aux autorités nationales et internationales qu’elles reconnaissent que le changement climatique est un symptôme de la crise où les puissants ont soumis à la société et à l’économie mondiale, provocant la destruction de la nature et la mercantilisation de la vie. Par conséquent, l’unique réponde viable afin d’affronter ce modèle est de mettre fin au capitalisme extractiviste, prédateur et ethnocide, pour restaurer l’équilibre avec la Terre Mère et générer un mode de vie juste et durable.

15) Dérogation immédiate des lois du paquet anti-environnemental, tributaire et territorial (Loi Numéro 30230) et des lois de la criminalisation de la protestation et de l’impunité qui attentent à la nature, aux droits humains et à la démocratie.

16) Modification de la loi de Consultation Préalable en concordance à la convention 169 de l’OIT souscrite par l’Etat péruvien, pour que cela puisse réellement permettre l’autodétermination des peuples, de même la modification du Système National de l’Investissement Public pour que cela puisse permettre de promouvoir l’agriculture familiale et communautaire ainsi que d’autres activités productives durables.

17) L’approbation des propositions de loi pour la protection des cours supérieur et sources des rivières et des écosystèmes fragiles, pour l’interdiction de l’utilisation du cyanure et du mercure, et pour le droit humain à l’eau, présentées lors de la Marche Nationale pour l’eau, ainsi que la proposition de loi de la Plateforme de l’Aménagement Territorial dans ce domaine, et de la proposition de loi cadre face au changement climatique du Sommet des Peuples.

18) Que cesse la violence, la criminalisation et toute forme de persécution ou stigmatisation de nos compagnons et compagnes qui luttent pour les droits sociaux et environnementaux collectifs et individuels au sein de nos territoires. Que se répare et se fasse justice aux centaines d’affectés par la répression des forces de l’ordre de l’Etat, mises au service du grand capital.

19) La liberté immédiate pour les défenseurs et défenseuses de la Terre Mère, de la vie et des droits des peuples, injustement inculpés et emprisonnés dans tout le pays.

20) Le respect de la volonté des peuples, clairement exprimée dans les manifestations, assemblées, élections et consultations de voisinage et communales démocratiques contre la présence des projets extractivistes dans nos territoires.

21) L’accomplissement des accords et des compromis assumés par le Gouvernement Central dans los procédés de tables de dialogue mises en place dans les différentes parties du Pays, comme à Espinar, Moquegua, Arequipa et autres.

22) Révision du projet de gazoduc du Sud du Pérou, priorisant les intérêts nationaux et assurant que les bénéficiaires principaux soient les peuples, propriétaires du gaz et non les transnationales.

23) Que cesse l’expansion des activités extracives dans le pays et, de plus, que ces entreprises qui ont opéré et opèrent actuellement et qui ont généré des dommages environnementaux et sociaux, soient obligées à la réparation économique, sociale et environnementale aux peuples et communautés affectées.

24) Exiger au Fiscal de la Nation et au Congrès de la République la création d’une commission d’investigation et de sanction pour l’évasion d’impôts de la part des entreprises extractives, et plus particulièrement l’évasion des impôts de la part de l’entreprise minière Yanacocha.

25) Que les gouvernements locaux, régionaux et nationaux orientent l’investissement public municipal et régional afin d’impulser l’associativité et l’amélioration de la production diversifiée, pour une économie juste et solidaire, générant des chaines productives qui permettent de renforcer le développement du marché interne, assurant la souveraineté alimentaire. Egalement que soient impulsés des politiques de défense et de protection des ressources hydriques et du patrimoine culturel, le soutien à l’agriculture et à l’élevage familial et communal durable, l’écotourisme, le tourisme chez l’habitant, les énergies renouvelables, la conservation, récupération et le profit durable de la biodiversité, respectant la pluri-culturalité du pays.

26) La réalisation d’inventaire hydriques, de processus d’aménagement territorial participatifs, de politiques de gestion et de protection environnementale et d’une politique authentique de consultations et de plébiscites pour que les peuples, nous puissions décider de nos territoires et défendre notre droit au « bien vivre ».
 
Nous projetons le renforcement des processus de décentralisation face à la reconcentration du pouvoir et aux décisions politiques et économiques des groupes de pouvoir. Nous travaillerons pour la refondation de la politique du pays, pour la redéfinition du rôle institutionnel de l’Etat, décolonisant et dépatriarcalisant toutes les relations sociales, politiques et culturelles, en recherchant l’harmonie avec la Terre Mère et entre les peuples.
 
PEROU, JE T’AIME, POUR CELA JE TE DEFEND !
 
 
 
 
 
PRONUNCIAMIENTO DE LA CUMBRE DE LOS PUEBLOS
CAMBIEMOS EL SISTEMA Y DEFENDAMOS NUESTROS TERRITORIOS, LA VIDA Y LA MADRE TIERRA, CONSTRUYENDO EL BUEN VIVIR
 
Celendín, 25 de octubre de 2014
 
Reunidos del 23 al 25 de octubre líderes sociales, hombres y mujeres, rondas campesinas y urbanas, frentes de defensa ambiental, representantes de los pueblos indígenas, organizaciones campesinas, activistas y autoridades de todo el país en Celendín para analizar los impactos del capitalismo extractivista y el cambio climático en nuestros territorios, fortaleciendo nuestras luchas y propuestas frente a ello.
 
Consideramos que el cambio climático es la manifestación más visible de la violencia y enormes daños generados por el modelo capitalista extractivista y patriarcal que ha depredado la Madre Tierra, vulnerando de manera sistemática nuestros derechos individuales y colectivos, generando desigualdades sociales y discriminaciones enormes, poniendo en peligro el futuro de la humanidad y agravando los riesgos a nuestra salud. Por lo tanto, la única respuesta viable al cambio climático es el cambio de fondo de este sistema.
 
En el Perú, traicionando sus promesas, el gobierno de Ollanta Humala está profundizando las políticas de despojo de nuestros territorios, promoviendo la explotación sin límites de nuestros bienes comunes o recursos naturales, y profundizando la criminalización de la protesta y la represión. Las últimas reformas propuestas en el paquetazo antiambiental del ministro Castilla desmantelan la poca regulación ambiental y protección de los territorios que se había conseguido avanzar en el país.
Frente a ello, planteamos:
 
La necesidad urgente de fortalecer e impulsar el buen vivir para nuestros pueblos en el Perú, mediante el fortalecimiento de la producción sostenible, las economías locales, la asociatividad y el cuidado de los bienes comunes, como alternativa al extractivismo,  para hacer frente al cambio climático y construir una sociedad realmente justa y democrática. Para ello es necesario seguir defendiendo la Madre Tierra y nuestros territorios, nuestro derecho a la salud, para que seamos los pueblos los que decidamos sobre nuestro destino y para que podamos recuperar la armonía entre la economía, la sociedad y la naturaleza. Por ello, mantenemos nuestro rechazo definitivo a los proyectos extractivos y mega represas hidroeléctricas que se expanden de manera caótica y violenta en nuestros territorios.
 
Es indispensable una refundación de nuestro sistema político y de las leyes, que en este momento respaldan este modelo económico. Una de las manifestaciones más duras y difíciles de ello es la criminalización de las protestas y la represión por las fuerzas estatales, que puestas al servicio de las empresas ha costado la vida de decenas de personas, ha permitido el enjuiciamiento de cientos de dirigentes/as sociales y el encarcelamiento y la persecución de muchos de ellos, como ocurre con nuestros hermanos Awajun y Wampis que defendieron la amazonía y con los pueblos que defienden las aguas. Es hora de recuperar nuestra democracia, para que se respeten nuestros derechos como pueblos y ciudadanos.
 
Si bien, reconocemos los avances de nuestras luchas, en términos de propuestas, decisiones colectivas y en territorios como Cajamarca en construir legítimas representaciones políticas, también reconocemos que aún hay mucho por hacer para fortalecer nuestras organizaciones a nivel local regional y nacional. Para ello creemos importante avanzar en las estrategias de articulación entre nuestras luchas, para que nuestras resistencias locales y la autodeterminación en nuestros territorios puedan juntar fuerzas para transformar al país.
Para ello acordamos:
 
NUESTROS ACUERDOS
 
1) Ratificamos los acuerdos del Primer Encuentro Internacional de los y las Guardianes de las Lagunas, realizado en El Tambo (Bambamarca-Hualgayoc) los días 4, 5 y 6 de agosto, y nos comprometemos con el cumplimiento de sus acuerdos.
 
2) Ratificamos nuestro compromiso con la defensa de la vida, de nuestros territorios y de la Madre Tierra, con la construcción del buen vivir para los pueblos y un modelo de desarrollo propio, justo y sustentable. En consecuencia, ratificamos nuestra decisión de no permitir la realización de proyectos extractivos (minería, hidrocarburos, megarepresas y otros) que atentan contra nuestra seguridad en salud, medio ambiente y soberanía alimentaria.
 
3) Nos reafirmamos en nuestra identidad y derechos como pueblos originarios, como comunidades campesinas, rondas campesinas, urbanas y pueblos quechuas, aymaras y amazónicos, con el derecho a la autonomía y jurisdicción propia, y con derecho a determinar nuestra forma de vida mediante el derecho consuetudinario y el buen vivir (tajimat / tarimat pujut; sumaq kausay; sumaq qamaña).
 
4) Nos solidarizamos y respaldamos la lucha del pueblo de Cajamarca en contra de la actividad minera; así mismo, con los 52 procesados por el Baguazo.
 
5) Llamamos a la organización y la participación de la Gran Marcha Nacional de los Pueblos por la Justicia Ambiental y Climática y la Protección y Liberación de los Defensores y Defensoras de la Madre Tierra, hacia Lima, para participar en la Cumbre de los Pueblos y exigir el cambio del sistema para la justicia climática, ecológica y social.  Partiremos el 7 de diciembre desde las lagunas de Conga para llegar el 10 de diciembre a Lima, convocando en el camino a todos los pueblos que se junten.
 
6) Llamamos a todas las regiones del país a participar de esta gran marcha unitaria, amplia y reivindicativa, partiendo desde sus regiones para encontrarnos en Lima.  También invitamos a las y los ciudadanos del mundo para que participen activamente de la Gran Marcha Nacional de los Pueblos.
 
7) Convocamos a la construcción de una red o coordinadora de las luchas sociales frente al extractivismo en el país, que permita confluir a los movimientos, pueblos andinos, amazónicos y costeños.  Para ello conformamos una comisión organizadora, que impulsará un proceso de construcción de este espacio de carácter horizontal, plural y democrático.
 
8) Convocamos a las nuevas autoridades locales, provinciales y regionales afines a los movimientos sociales, a gobernar desde y con el pueblo. Ello implica la construcción de mecanismos de participación, consulta, rendición de cuentas y definición de estrategias compartidas entre las autoridades y las organizaciones sociales para el buen gobierno y la construcción de mecanismos de control para evitar la corrupción.
 
9) Nos comprometemos con el fomento y fortalecimiento de la asociatividad de productores y productoras, en base a una economía justa y solidaria, alternativa a las actividades extractivas, que sea formalizada y adecuada al ordenamiento territorial, para la diversificación productiva y la promoción de la agricultura familiar y comunitaria, la agroforestería y otras actividades productivas, con manejo ecológico y en armonía con la Madre Tierra.
 
10) Reconocemos la participación fundamental de las mujeres en las organizaciones sociales y en la construcción de los modos de vida que queremos, como también en respuesta a las grandes afectaciones del capitalismo extractivista, racista, patriarcal y sexista sobre nuestras vidas.  Por ello, consideramos fundamental promover la participación y el liderazgo de las mujeres en condiciones de paridad en todos los espacios políticos, reconociendo su aporte en la economía, en la política, en la cultura y en el cuidado de la vida y la soberanía alimentaria.
 
11) Por último, proponemos reconocer y proteger los derechos de las mujeres a vivir sin violencia a causa de los conflictos socioambientales y de la expansión del modelo de desarrollo extractivista, como la trata, el acoso sexual, la violencia sexual, la explotación laboral, la contaminación, la criminalización de la protesta, el feminicidio, entre otros.
 
12) Reivindicamos y conmemoramos a nuestros heridos y mártires que lucharon por la defensa de la vida, el agua y el territorio.
 
13) Solidaridad con las luchas de los pueblos del mundo en defensa de la Madre Tierra, el territorio, el agua y la vida.
 
NUESTRAS DEMANDAS AL ESTADO:
 
14) Exigimos a las autoridades nacionales e internacionales reconocer que el cambio climático es síntoma de la crisis de la forma cómo los poderosos han sometido a la sociedad y la economía mundial, provocando la destrucción de la naturaleza y la mercantilización de la vida. Por lo tanto, la única respuesta viable para enfrentarlo es poner fin al capitalismo extractivista, depredador y etnocida, para restaurar el equilibrio con la Madre Tierra y generar un modo de vida justo y sostenible.
 
15) Derogatoria inmediata de las leyes del paquetazo anti ambiental, tributario y territorial (Ley Nro. 30230) y las leyes de la criminalización de la protesta y de la impunidad que atentan contra la naturaleza, los derechos humanos y la democracia.
 
16) Modificación de la Ley de Consulta Previa en concordancia con el Convenio 169 de la OIT suscrito por el Estado peruano, para que realmente permita la autodeterminación de los pueblos; así como la modificación del Sistema Nacional de Inversión Pública para que permita promover la agricultura familiar comunitaria y otras actividades productivas sostenibles.
 
17) La aprobación de las propuestas de ley para la protección de las cabeceras de cuenca y ecosistemas frágiles, para la prohibición del uso de cianuro y mercurio, y el de derecho humano al agua, planteadas en la Marcha Nacional por el Agua, así como la propuesta de ley de la Plataforma de Ordenamiento Territorial en esta materia, y de la propuesta de ley marco frente al cambio climático de la Cumbre de los Pueblos.
 
18) Que cese la violencia, criminalización y toda forma de persecución o estigmatización de nuestros compañeros y compañeras que luchan por los derechos sociales y ambientales colectivos e individuales dentro de nuestros territorios. Que se repare y haga justicia a los cientos de afectados por la represión de las fuerzas del orden del Estado, puestas al servicio del gran capital.
 
19) Inmediata libertad para los defensores y defensoras de la Madre Tierra, la vida y de los derechos de los pueblos, injustamente enjuiciados y encarcelados en todo el país.
 
20) Respeto a la voluntad de los pueblos, claramente expresada  en manifestaciones, asambleas, elecciones y consultas vecinales y comunales democráticas  en contra de la presencia de proyectos extractivistas en nuestros territorios.
 
21) Cumplimiento de los acuerdos y compromisos asumidos por el Gobierno Central en los procesos de mesas de diálogo implementados en diferentes partes del país, como en Espinar, Moquegua, Arequipa y otros.
 
22) Revisión del proyecto del gaseoducto del Sur Peruano, priorizando los intereses nacionales y asegurando que los beneficiarios principales sean los pueblos dueños del gas y no las transnacionales.
 
23) Cese de la expansión de las actividades extractivas en el país y, además, que aquellas empresas que han operado u operan actualmente y que han generado daños ambientales y sociales, sean obligadas a la reparación económica, social y ambiental a los pueblos y comunidades afectadas.
 
24) Exigir al Fiscal de la Nación y al Congreso de la República la creación de una comisión de investigación y sanción por la evasión de impuestos por parte de las empresas extractivas; concretamente, la evasión de impuestos por parte de la empresa Minera Yanacocha.
 
25) Que los gobiernos locales, regionales y nacional orienten la inversión pública municipal y regional para impulsar la asociatividad y la mejora de la producción diversificada, para una economía justa y solidaria, generando cadenas productivas que permitan fortalecer el desarrollo del mercado interno, asegurando la soberanía alimentaria.  Que impulsen políticas de defensa y protección de los recursos hídricos y del patrimonio cultural, el apoyo a la agricultura y la ganadería familiar y comunal sustentable, el ecoturismo, el turismo vivencial, las energías renovables, la conservación, recuperación y aprovechamiento sostenible de la biodiversidad, respetando la pluriculturalidad del país.

26) Realización de inventarios hídricos, procesos de ordenamiento territorial participativos, políticas de gestión y protección ambiental y de una genuina política de consultas y plebiscitos para que los pueblos podamos decidir sobre nuestros territorios y defender nuestro derecho al buen vivir.

Planteamos el fortalecimiento de los procesos de descentralización frente a la reconcentración del poder y las decisiones políticas y económicas de los grupos de poder.  Trabajaremos por la refundación de la política en el país, para el surgimiento de una nueva institucionalidad del Estado, descolonizando y despatriarcalizando todas las relaciones sociales, políticas y culturales, buscando la armonía con la Madre Tierra y entre los pueblos.
 
¡PERÚ, TE QUIERO, POR ESO TE DEFIENDO!
 

dimanche 26 octobre 2014

SOMMET DES PEUPLES – CELENDIN REGION DE CAJAMARCA LES 23-24 ET 25 OCTOBRE


CUMBRE DE LOS PUEBLOS EN CELENDIN




Comme vous le savez, à Lima en décembre aura  lieu la COP20 (Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques - CCNUCC), qui vise à analyser les différentes implications du changement climatique sur les activités humaines et notre capacité d'adaptation à ces changements, ainsi que les actions humaines qui accélèrent ce changement climatique. Les ministres de l'environnement de tous les pays du monde participent à cette réunion.
On parle beaucoup de la nécessité de mettre en œuvre des mécanismes visant à limiter les émissions nocives et les gaz à effet de serre, toutefois, il s’avère difficile d’obtenir des engagements des différents pays pour limiter leurs activités industrielles. Une opinion quasi unanime, partagée par la majorité des observateurs est que la COP20 de décembre n’apportera aucun résultat concret, dans le meilleur des cas, elle servira d’introduction pour la COP 21 de Paris et de ce fait, elle passe inaperçue aux yeux du grand public.

En revanche, à notre avis, ce sera l'occasion de mettre en évidence une fois de plus l'inutilité de ces conférences multilatérales, parrainées par les gouvernements nationaux et les organisations internationales qui ne prennent jamais d’engagements réels et qui surtout, ne  veulent pas sortir de la loi du marché, cette loi qui considère comme une marchandise chaque aspect de notre vie, tandis que les intérêts économiques sont mis bien au-dessus de l'environnement, ce qui affectera toujours notre qualité de vie.
Il convient de mentionner que le Pérou est un des pays les plus vulnérables dans le monde au changement climatique et cela est une double responsabilité qui nous concerne tous.  Alors que, en parallèle à la COP20, aura lieu le sommet des peuples à Lima, et en préparation de cet événement, certains acteurs de la société civile de Cajamarca ont souhaité une réunion préliminaire « Cajamarca vers COP20 », qui complémenterait d’autres processus qui sont en cours de développement dans d'autres régions du pays et dans le monde, afin de mettre en évidence les différents problèmes que les habitants de la planète vivent, mais aussi d amener des propositions alternatives.

Dans le cadre de ce chemin vers la COP20 à Lima, nous avons cru bon de convoquer une réunion nationale des peuples, dans la province de Celendín, région de Cajamarca, qui pourrait être affectée par le méga projet Conga et qui, de ce fait, a une forte valeur symbolique pour la défense de l'environnement, comme conséquence des luttes qui ont été menées ici.
Cependant, nous voulons aller au-delà de la simple dénonciation des méga-mines, nous souhaitons étendre notre convocation à toutes les régions du pays, afin de partager les différentes questions liées au changement climatique, en partageant les expériences de résistance à un modèle économique extractiviste qui contribue grandement à ce changement et aussi de partager les expériences réussies dans la défense de l'environnement.

L'appel est ouvert à tous les acteurs, les organisations et la population en général qui se sentent proches du sujet, afin d'établir une relation entre leur expérience en tant que habitant concerné directement par le changement climatique et les données techniques des spécialistes qui travaillent sur le problème et les sujets énumérés ci-dessous. La conclusion de ces journées sera un document qui reflètera nos propositions et sera le produit du travail et de la réflexion de ceux qui sont directement affectés, soutenus par ceux qui souhaitent un monde différent.
Un aspect que nous voulons souligner est qu’il est important d'appeler le pays à un événement de cette nature, à partir d'une ville si éloignée; nous devons également souligner que la démocratie doit sauver la diversité et la grandeur des ressources humaines et environnementales qui existent et, malgré qu’elle soit bien loin de la capitale, le gouvernement devrait respecter cette diversité au lieu de l’anéantir.
 
Une minute de silence pour les camarades victimes de la répression
 
Les sujets
La première journée nous travaillerons à partir des résultats de l’assemblée générale du 21 Août à Cajamarca. L'appel régional prendra en compte les différents problèmes qui affectent la richesse culturelle et environnementale de notre territoire, comment valoriser ce que nous avons, en mettant en évidence les bonnes pratiques en matière de défense de l'environnement.

La réalité de Cajamarca permet d’identifier de nombreuses problèmes communs à tout le pays: l'hydroélectricité, les mines, la désertification, les communautés autochtones, le sol et la gestion de l'eau, les conflits ...
Nous voulons utiliser les résultats de la première journée de travail comme une entrée pour les prochains jours, et à nouveau mettre en évidence le lien et la proximité entre les différents territoires.

Le deuxième jour, les commissions thématiques seront divisées en quatre thèmes:
  • Estractivisme.
  • Agriculture durable.
  • Gestion des sols et de l’eau.
  • Espaces démocratiques et les conflits.
De toute évidence, ce qui nous encourage à promouvoir cet événement est l'envie de critiquer objectivement le modèle économique actuel qui affecte tellement l'environnement, en récupérant et en réévaluant notre principe du « Bien Vivre », comme une proposition de développement alternatif. Cependant, nous avons choisi ces quatre questions parce que nous croyons que mettant l'accent sur ​​des sujets spécifiques nous pouvons analyser en profondeur le problème, proposer des alternatives qui enrichissent notre critique.

 

samedi 25 octobre 2014

NON CONTENTE DE DETRUIRE LA REGION DE CAJAMARCA, YANACOCHA FRAUDE EGALEMENT LE FISC PERUVIEN.


Yanacocha déclare dans son bilan au fisc péruvien (SUNAT) des pertes en 2013 pour 562 millions de dollars.
 
Mais les pertes déclarées au Pérou se transforment miraculeusement en bénéfice aux Etats-Unis.
 
Newmont déclare aux États-Unis dans son rapport annuel concernant Yanacocha et 2013, une production de 1.017.000 onces, avec un prix de vente moyen en 2013  de $ 1411 / once, ce qui représente pour 2013, une production totale valorisée à $ 1,435 milliards. Dans ce rapport, la Newmont déclare un coût de production par once de 650 $ auquel il faut ajouter l'amortissement (326 $ l'once), qui nous donne un gain total de (1411-650-326) * 1017000 = 442,4 millions. Newmont indique également dans son rapport annuel 2013 un investissement dans Conga de 190 millions, cet investissement est déjà inclus dans l'amortissement.  Donc si l’on en croit les chiffres présentés par la Newmont à ses actionnaires, Yanacocha aurait du payer en impôts à l’état péruvien 30% de $ 442 millions soit $ 132 millions à minima. Comment expliquer également que l’on passe de 1,2 milliards de bénéfice en 2012 à 562 millions de perte en 2013, cela parait bien étrange, étrange également que le SUNAT (le fisc péruvien) ne se pose pas plus de questions.
La valse des couts de production.
 
Si l’on observe le tableau précédent entre 2005 et 2013, les couts de production par once ont été multipliés par 4,67 ($ 209 en 2005 et $ 976 en 2013), certes les couts directs d’exploitation, le prix des ingrédients et fournitures, les salaires augmentent  d’une année sur l’autre, certes la rentabilité globale de l’exploitation baisse au fur et à mesure que les concentrations en or diminuent, mais sûrement pas dans de telles proportions.
L’estimation de l’évasion fiscale de Yanacocha, selon Raul Wiener sur 20 ans d’exploitation atteint $ 1800 millions, d’autre part, le total de l’évasion fiscale pour le Pérou entre 2002 et 2011 est estimée à plus de $ 9 milliards.
 

vendredi 10 octobre 2014

La tribune de Laurence Cohen : "Cajamarca, une région du Pérou en résistance"

Dans une tribune parue aujourd'hui dans l'Humanité, la Sénatrice du Val-de-Marne revient sur la victoire à Cajamarca du Conga No Va ! dans les urnes, sur son voyage et sa rencontre avec les Gardiens des lagunes, ainsi que sur la nécessité de continuer la lutte pour la défense des populations de Cajamarca et du droit à l'eau.


mardi 7 octobre 2014

SALUDO A CAJAMARCA: VICTORIA DEL "CONGA NO VA" EN LAS URNAS


Foto: Diario La República

EL COMITÉ DE SOLIDARIDAD CON CAJAMARCA DE PARIS CELEBRA LA VICTORIA EN LAS URNAS DEL PUEBLO DE CAJAMARCA EN LUCHA


El  pueblo cajamarquino  y las rondas campesinas que  luchan con determinación  y coraje contra  la empresa YANACOCHA desde hace tres años, por la defensa del agua, de sus recursos naturales y de su vida, reiteró con su voto el 5 de octubre, SU RECHAZO AL PROYECTO CONGA y al modelo extractivista que se le pretende imponer.


YANACOCHA CON TODO EL ORO DEL MUNDO no consiguió imponer su ley, ni comprando los medios de comunicación, la justicia, la policía o las conciencias de algunos. No consiguió derrotar a un pueblo consciente y determinado ni con la represión, la persecución ni con la detención de sus líderes.


Recordemos que en los años 2011 y 2012, el Gobierno y la empresa minera intentaron imponer su proyecto por la fuerza, tuvieron que retroceder frente al rechazo nacional e internacional que provocaron la declaración del estado de emergencia en el 2011 y los asesinatos de 5 personas en Celendín y Bambamarca en el 2012. 

En los años 2013-2014, intentaron imponerlo por la corrupción, por la desinformación y por la malversación y no tuvieron éxito. Asimismo, intentaron manipular el proceso democrático encarcelando a Gregorio Santos y fueron derrotados.


Sabemos que, ni la minera Yanacocha, ni el Gobierno peruano han abandonado su idea de llevar a cabo este funesto y desastroso proyecto, sin tomar en cuenta la voluntad popular. Qué podemos esperar de un gobierno, que no duda en aceptar públicamente galardones de las peores empresas saqueadoras del mundo. Por ello, no vamos a bajar la guardia y desde el Comité Solidaridad Cajamarca de París seguiremos acompañando a nuestros hermanos cajamarquinos en su lucha, hasta el abandono definitivo de este proyecto.

Saludamos la madurez, el coraje de  las mujeres y hombres cajamarquinos que día a día luchan contra la lógica destructora e implacable del extractivismo a nivel mundial que pretende, en nombre de  una falsa concepción de desarrollo, devastar sus recursos naturales, el medio ambiente, su porvenir y el nuestro.

La lucha emblemática contra el proyecto CONGA se transformó en una victoria emblemática,  a nivel nacional e internacional, abriendo camino y esperanzas. El pueblo de Cajamarca demuestra, una vez más al país y al mundo que la unidad hace la fuerza y que una victoria es posible. 


Esta victoria del NO a Conga, en los comicios del 5 de octubre, desmiente rotundamente la pretendida “licencia social” del proyecto Conga en la prensa oficial, ahora esperamos de este gobierno que, por fin, tome en cuenta la voluntad popular y declare la inviabilidad del proyecto minero.


Ganaron en las urnas la región de Cajamarca (49,9% a favor del MAS) y la municipalidad de Bambamarca (42%  a favor de Edy Benavides) pero la lucha continúa.


CONGA NO VA NI AHORA NI NUNCA!!!!


VENCEREMOS

COMITE SOLIDARITE CAJAMARCA


París, 06 de octubre de 2014

dimanche 5 octobre 2014

Communiqué du Comité de Solidarité avec Cajamarca "Retour de Cajamarca"



 RÉSISTANCE ET  SOLIDARITÉ INTERNATIONALE
CONGA NO VA !

Depuis 3 ans, la population  et les membres des rondes paysannes de Cajamarca (Andes Nord du Pérou) luttent contre le projet d'exploitation minière Yanacocha ,( multinationale Newmont-Buenaventura-Banque Mondiale) qui a transformé la région en  capitale de l'or de toute l'Amérique Latine.
Le succès de la  1ère rencontre internationale des gardiens des lacs  d'El Tambo  des 4 et 5 août dernier (Bambamarca-Hualgayoc) et de la marche unitaire des 4000 « ronderos » à  la maison de Maxima Acuña et au  lac d'EL Perol du 6  août, ont prouvé  que la résistance contre le projet dévastateur de  Conga,  non seulement était  toujours vivace et d'actualité pour l'ensemble des  « ronderos »  et des  forces sociales de la région , mais était au cœur de la conjoncture politique régionale et nationale.
La participation  des délégations  étrangères de 4 pays d'Amérique Latine et la présence d'une délégation française importante   ( composée d 'une dizaine de personnes dont la Sénatrice Laurence Cohen,  des  membres de notre Comité de Solidarité, de France Amérique Latine et du Colectivo de Peruanos en Francia),  comme celle de tous les dirigeants  régionaux -de Bambamarca, Celendin et Cajamarca-et de personnalités politiques nationales  comme Hugo Blanco ou Marco Arana, ont favorisé le regroupement des forces d'opposition et empêché la répression de la part des forces de l'ordre.
Cependant, les faits récents comme la condamnation scandaleuse de Maxima Acuña et sa famille à 2ans et 8 mois de prison,  pour « usurpation de terres aggravée de violence  », l'arrestation arbitraire et la détention préventive de Gregorio Santos, candidat à sa propre réélection pour la région,  dans une prison de haute sécurité, démontrent que la mine Yanacocha n'hésitera pas à utiliser tout son pouvoir pour acheter les consciences, corrompre la justice,  les medias et les institutions politiques, pour imposer son  projet. 
Au niveau régional, la bataille s'est intensifiée  récemment sur le plan électoral. L’échéance du 5 octobre, date des élections municipales et régionales, constitue un enjeu très important  pour l'avenir du projet Conga, de la défense de l'eau et des ressources naturelles de toute la région de Cajamarca. Les pronostics actuels plaçant en tête de liste pour la région le candidat  actuellement emprisonné malgré son « élimination politique », les mobilisations massives des paysans en sa faveur malgré les stratégies déployées par les multinationales minières  pour diviser et financer massivement des candidats pro-miniers, laissent envisager la possibilité de fraudes électorales ou de mise en place de mesures  violentes visant l'élimination des candidats opposants. Dans ce contexte,  la présence d'observateurs internationaux serait souhaitable pour assurer le fonctionnement normal du processus électoral.
Tandis qu'au niveau national, une nouvelle bataille est menée sur le plan légal avec le recours présenté par  l'ONG Grufides  auprès du Tribunal Constitutionnel   s'appuyant sur le droit de tout citoyen péruvien à un environnement sain reconnu par la Constitution péruvienne, la préparation de la COP 20 (20ème Conférence sur le climat des Nations Unies)  à Lima en décembre prochain et l'organisation parallèle d'un « sommet des peuples » provoquent dès à présent des mobilisations citoyennes où le mouvement de résistance contre le projet emblématique Conga trouve une place de choix.
 Malgré le silence assourdissant des medias au sujet des l'amplification des   mouvements socio-environnementaux  notamment au Cuzco et à Arequipa, et de la répression qui s'abat (un adolescent assassiné par balles dans une mobilisation au Cuzco-La Convencion-, mort suspecte du  maire de Kepashiato,  assassinat de 4 dirigeants Ashaninkas, ) en toute impunité grâce à la mise en œuvre de la loi 30151 et à la nomination du Général Daniel Urresti comme Ministre de l'Intérieur,   l'effritement des  bases politiques  du gouvernement , son durcissement et son virage définitif vers une .soumission totale aux diktats des multinationales extractivistes sont évidents.  Les mesures adoptées en juillet ( « paquet environnemental ») pour relancer l'économie, balayant toute les mesures de protection environnementale et enterrant le droit à la consultation préalable des populations autochtones  et le discours lors de la fête nationale l'ont démontré clairement.  Le Président Humala sera d'ailleurs remercié pour ses bons et loyaux services  et « médaillé » à New york le 25 septembre par trois multinationales :  Barrick, Pluspetrol et Freeport McMoRan dont l'absence de scrupules vis à vis des droits humains et environnementaux a provoqué de graves conflits socio-environnementaux.
Etant donné cette conjoncture alarmante où l'Etat de droit est menacé au Pérou, caractérisée  non seulement par la  répression , la criminalisation et la persécution des dirigeants mais également par  la corruption de la justice et  le non-respect des décisions  internationales, ( telle que celle de la Commission internationale des droits de l'homme de l'OEA réclamant au gouvernement péruvien l'adoption de mesures de protection de la vie et de la sécurité de 46 dirigeants de Cajamarca, 2 journalistes et la famille Chaupe,),
 Le comité de solidarité avec Cajamarca appelle :

Ø  Tous les citoyens et organisations sociales et  démocratiques françaises à  réitérer  avec force leur soutien et leur solidarité aux  populations de Cajamarca en lutte contre  le projet CONGA, en signant ce communiqué,

Ø  Pour la défense  du droit à l'eau et à l'assainissement reconnu internationalement comme partie intégrante des droits humains par l'Assemblée des Nations Unies en   2007,  du droit à la terre et à un environnement sain  reconnus par la constitution péruvienne, du droit à consultation préalable libre et informée reconnu par la convention 169 de l'OIT et la législation péruvienne, 

Ø   A se mobiliser contre la répression, la persécution et la criminalisation des dirigeants du mouvement de résistance contre le projet Conga, notamment en dénonçant   le jugement scandaleux rendu le 5 aôut  dernier  contre Maxima Acuña et sa famille et  la détention arbitraire et illégale de Gregorio Santos, candidat à la Présidence de la région,

Ø  Toutes les forces sociales et démocratiques  de résistance au projet Conga de la région Cajamarca, à mettre en échec, lors des élections du 5 octobre prochain,  les  candidats de   la mine Yanacocha et des multinationales


VIVE LA SOLIDARITE INTERNATIONALE CONTRE LE PROJET CONGA